Sandra Passirani

Nîn Lhûn

IMG-2012_edited.jpg

J’ai grandi au beau milieu des tisanes de plantes et des cataplasmes d’argile. J’observais comment utiliser les remèdes mauriciens et indiens du côté de ma mère et franco italiens du côté de mon père. Deux lignées de guérisseurs qui avaient compris que le pouvoir de guérison se trouve en celui qui saura écouter son corps. 

 

J’ai donc d’abord décidé d’écouter mon corps à ma manière. Après des études générales scientifiques, c’est vers la danse que je me tourne. J’en ferai mon métier pendant plus de dix ans à New York. Mais l’ironie du danseur c’est qu’en s’appliquant à maîtriser son corps, on apprend avant tout à le faire taire.

Nous savons tous que le corps a bien des choses à nous dire et que si trop longtemps ignoré...

Mais je tire encore un peu sur la corde et je deviens coach sportif privé et en entreprise. De Time Square à l’Upper East Side, de la femme enceinte au PDG, mes méthodes portent leurs fruits. De mon succès naît un emploi du temps digne de cette ville à cent à l’heure et mon corps finira à bout de souffle. Les médecins me préconisent une piqûre par semaine, trop c’est trop.

 

Je n’ai plus le choix, je dois l’écouter ce corps. Je décide de quitter la ville et d’aller soigner les animaux dans un sanctuaire vegan à Woodstock. Dans le silence de Mère Nature, les chèvres me murmurent leurs secrets et me rappellent les miens. Je décide de ne plus ignorer les émotions derrière mes maux. Il est temps de guérir pour de vrai. Je me souviens des remèdes de famille et ils me rappellent près d’eux. Je plaque tout et je reviens en France.

 

De retour au bercail, tout en moi semble avoir besoin d’un nouveau souffle. Il me faut réapprendre à être moi et à ralentir. Jeûne et silence jusqu’à que mon chemin de vie reprenne du sens. C’est pour m’inscrire à ma première formation en soin énergétique que je parlerai à nouveau, j’avais bel et bien retrouver ma voie..